logo
Accueil  |  Métaux stratégiques  |  Pourquoi investir dans les…

Une demande en forte croissance

arrow.png

Comprendre le marché

Le marché des Métaux Stratégiques, à la différence du marché de l’or et du pétrole, ne possède pas d’instruments de régulations boursiers ou étatiques. C’est un marché privé régulé uniquement par la loi de l’offre et de la demande. 

Une demande exponentielle...

De nombreuses industries mondiales sont dépendantes de ces métaux stratégiques. De nouvelles innovations surgissent chaque année dans les secteurs en plein boom que sont la high-tech, les énergies vertes, ou encore les Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication (NTIC).

Les efforts prononcés des états dans le domaine des énergies durables - fortement consommatrices en métaux stratégiques - renforcent ce contexte. Il est peu surprenant alors, que la demande s’envole. La production mondiale (normalisée en tonnes équivalent oxyde) avoisinait les 50,000 tonnes annuelles dans les années 1990. Ce chiffre avait doublé dans les années 2000.

D’après une estimation de la banque canadienne Jacob Securities, la demande mondiale pourrait dépasser les 200 000 tonnes à l’horizon 2017 : soit une progression de +300% en l’espace de 20 ans. 

 

Les grandes puissances ne peuvent se passer de ces métaux stratégiques, indispensables à de nombreux secteurs industriels.

Cependant, la disponibilité de ces métaux est limitée. D'une part, ces ressources sont épuisables. D'autre part, leur extraction est de plus en plus difficile et coûteuse, et aucun substitut n’a été trouvé jusqu’à présent, alors que la demande ne cesse de croître.

En témoigne l’évolution du prix de ces métaux stratégiques : après une longue éclipse dans les années 1990, ils ont suivi l’envolée générale des cours des commodities depuis les années 2000. 

 

Aujourd'hui, la Chine est aux métaux stratégiques ce que le Moyen-Orient est au pétrole.

L'offre parviendra t-elle à suivre ?

C'est là que les choses deviennent intéressantes. Selon les chiffres de l’USGS (United States Geologic Survey), les réserves mondiales de métaux stratégiques seraient de 99Mt équivalent oxyde – dont 37% en Chine; 19% en Russie et ex-républiques soviétiques ; 13% aux USA ; 6% en Australie et 3% en Inde.

Cependant, le processus de séparation est autant coûteux que compliqué. Les strictes conditions environnementales (sauf dans quelques parties de la Chine), rendent l’extraction encore plus difficile. Leur exploitation hors de Chine est bien souvent hors de prix.

Ainsi, depuis les années 90, la Chine est le premier producteur de métaux de terres rares et assure aujourd’hui 97% de la production mondiale, lui donnant une situation de quasi-monopole sur le marché.

 

Magré "l'abondance" des ressources disponibles, il y a alors toutes les raisons de penser que le marché restera sous pression. Selon certaines estimations, la demande soutenue de métaux stratégiques, liée aux besoins des nouvelles industries, pourrait excéder l'offre de 40000t d'ici à quelques années.

Plus impressionnant encore: la demande est telle que la Chine risque de devenir un importateur net de ces métaux dans un avenir proche.

La Chine aux commandes

Avec ce quasi-monopole de marché, la Chine est aux métaux stratégiques ce que le Moyen-Orient est au pétrole. Ce qui lui donne un pouvoir géo-stratégique : une politique de pression sur les prix est menée afin de tirer profit de cette position dominante.

Quand Pékin "resserre les vis"

C’est à ce contexte fondamental tendu que la politique de avait brutalement donné un coup d’arrêt en 2010 – en propulsant les cours des métaux stratégiques à des niveaux inédits jusque là. En 2010, le gouvernement chinois avait procédé à une série de réductions drastiques (près de 40%) de ses quotas d’exportations, en évoquant deux arguments : d’une part, la sécurisation de ses ressources stratégiques ; d’autre part, la montée des préoccupations environnementales.

 

Le premier argument n'a rien d'étonnant compte tenu des enjeux économiques, et s'inscrit dans le droit-fil de la politique "nationaliste" de Pékin concernant les ressources critiques.

Quant au second argument, la Chine se montre de plus en plus sensible à l'impact environnemental de son incroyable croissance. Les normes édictées par Pékin se traduisent, entres autres, par un seuil maximum de pollution pour produits rejetés par cette industrie très polluante.

 

Conséquences : des prix décuplés depuis 2009

Quand l'unique producteur de la planète décide brusquement de geler 40% ses exportations, que se passe t-il? 

On assiste tout d'abord à une phase de spéculation effrénée, qui a vu certains cours - le Dysprosium, par exemple - tripler en quelques mois. Au total, le cours moyen des métaux stratégiques a plus que décuplé depuis 2009.

Dans le but de réduire leur dépendance, un peu partout dans le monde, de nouveaux projets d'exploitation ont tenté de voir le jour, sans succès. En effet, les barrières à l'entrée liées à la complexité de cette industrie et à son impact environnemental désastreux sont telles qu'elles rendent l'ouverture de nouvelles mines quasiment impossibles. 

Celles-ci confèrent un avantage décisif au leader chinois, seul capable de mettre en oeuvre des exploitations rentables et pas trop polluantes. De l'avis des spécialistes, les concurrents qui se maintiendraient à débuter dans ce créneau n'y parviendrait pas avant des années. 

Dans ce contexte, toutes les éléments sont réunis pour se positionner sur ce marché prometteur dès aujourd'hui.

 

L’année 2009 avait marqué un tournant pour le marché des métaux stratégiques. La courbe des prix s’était élevée vers les sommets avec le début de l’ère informatique et de l’électronique grand public et de la production de masse à l’échelle mondiale.

Ce sujet avait déchaîné les spéculations en raison des réductions spectaculaires des quotas chinois, mais il était difficile d’entrer dans un marché en pleine envolée. 

Aujourd’hui, la fièvre étant retombée, le contexte fondamental reste largement favorable à cette ressource clé du high tech et des énergies durables et offre actuellement une réelle opportunité d’entrer sur ces secteurs incontournables pour un investissement à moyen terme.

Selon certaines estimations, la demande soutenue de ces métaux rares, liée aux besoins des nouvelles industries et de la demande croissante des pays émergents, pourrait excéder l’offre de 40,000t d’ici à quelques années.

Il y a ainsi toutes les raisons de penser que le marché restera sous tension, et que les prix des métaux stratégiques sont voués à s'envoler d'ici à l'horizon 2020. 

Pourquoi investir aujourd'hui?

Métaux stratégiques - Un investissement d'avenir

  • Matières premières essentielles à l’industrie mondiale, épuisables et non-substituables
  • Métaux stratégiques de plus en plus difficiles et coûteux à extraire - peu d'acteurs sur le marché
  • Bien physiques, durables et facilement transportables
  • Livraison et stockage garanti sous entrepôt sous douane – pas de frais de TVA

 

  • Marché privé strictement régulé par la loi de l’offre et la demande : pas d’instruments de régulations boursiers ou étatiques
  • Demande exponentielle pour une offre limitée
  • Actifs efficaces contre l’érosion des monnaies fiduciaires
  • Protection contre les marchés financiers, les risques de dévaluation et l’inflation